• Bonne pensée du matin

    À quatre heures du matin, l'été,
    Le sommeil d'amour dure encore.
    Sous les bosquets l'aube évapore
    L'odeur du soir fêté.

    Mais là-bas dans l'immense chantier
    Vers le soleil des Hespérides,
    En bras de chemise, les charpentiers
    Déjà s'agitent.

    Dans leur désert de mousse, tranquilles,
    Ils préparent les lambris précieux
    Où la richesse de la ville
    Rira sous de faux cieux.

    Ah ! pour ces Ouvriers, charmants
    Sujets d'un roi de Babylone,
    Vénus ! laisse un peu les Amants
    Dont l'âme est en couronne.

    ô Reine des Bergers !
    Porte aux travailleurs l'eau-de-vie,
    Pour que leurs forces soient en paix
    En attendant le bain dans la mer, à midi.

    Mai 1872

    Arthur Rimbaud



    1 commentaire
  •  

    LE VIEILLARD ET LES NYMPHES

     

     

    Un vieillard aveugle habite la montagne. Pour avoir regardé les nymphes, ses yeux sont morts, voilà longtemps. Et depuis, son bonheur est un souvenir lointain.

    « Oui, je les ai vues, m'a-t-il dit. Helopsychria, Limnanthis ; elles étaient debout, près du bord, dans l'étang vert de Physos. L'eau brillait plus haut que leurs genoux.

    « Leurs nuques se penchaient sous les cheveux longs. Leurs ongles étaient minces comme des ailes de cigales. Leurs mamelons étaient creux comme des calices de jacinthes.

    « Elles promenaient leurs doigts sur l'eau et tiraient de la vase invisible les nénufars à longue tige. Autour de leurs cuisses séparées, des cercles lents s'élargissaient... »

     

     

    à suivre


    3 commentaires
  •  

    JE VOUS SOUHAITE DE VOUS EMERVEILLER

    devant les inventions du CREATEUR

    (l'arbre fabrique du bois , les savants en sont ils capables ?) etc

    vous en trouverez d' autres

    Amitiés

    La Fileuse de Lune

     


    votre commentaire
  • Celte fontaine, paradis d'hydromel,
    Au fond d'un bois cent fois envouté,
    Tu t'es noyé pour y voir la belle
    Qui t'a donné éternel été.

    Refrain :
    P'lec'h emaoc'h c'hwi Brokilien
    Viviana, Merzhin
    P'lec'h emaoc'h c'hwi Brokilien
    Huñnvreou pell a gevrin

    Elle te conduit aux confins des mondes,
    Près d'une rive aux plages fécondes
    Où les rivières de vos rêves en vos yeux
    Ont rajeuni l'Océan trop vieux.

    Refrain

    Et sous la mer, quelques algues lisses,
    Monde enseveli, mes souvenirs pâlissent.
    J'ai parcouru nos collines et nos landes;
    Mais je n'ai pu retrouver Brocéliande

    ******



    1 commentaire
  •  

    ll est vrai que nous avons besoin de ces instants où tout nous dit :

    'Apaises toi...laisse passer un peu de temps..souffle un en peu'!

    Alors m'est revenu en mémoire cette bribe d'un poème de Fr.Bernard :

    'Dans l'oratoire de mon coeur

    Je Te retouve...

    Au fil des jours

    Ne plus rien avoir à soi

    Que le long apprentissage

    D'un abandon....'

    je te le donnes en cadeau profites en à plein coeur !

     

    JE TE L'AI DIT...

    Je te l'ai dit pour les nuages
    Je te l'ai dit pour l'arbre de la mer
    Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
    Pour les cailloux du bruit
    Pour les mains familières
    Pour l'oeil qui devient visage ou paysage
    Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
    Pour toute la nuit bue
    Pour la grille des routes
    Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert
    Je te l'ai dit pour tes pensées pour tes paroles
    Toute caresse toute confiance se survivent.

    Paul Éluard

    transmis par La Fileuse de Lune


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique